11/05/2014

Améliorations et détournements des lampes torches par Rammstein


L’avènement de la technologie LED a plus ou moins sonné le glas de l’ampoule à incandescence. Le marché de la lampe de poche n’a pas fait exception, et la quasi intégralité du matériel proposé dans le commerce fonctionne désormais avec des LED.


Conséquence logique : on trouve dans nos placards et sur le marché de l’occasion un large panel de lampes torches en bon état de fonctionnement, mais devenues obsolètes car pas assez puissantes ou assez endurantes.
 Comme d’autres, je suis resté nostalgique de ces lampes qui ont accompagné toutes mes lectures nocturnes, planqué sous les couvertures. Je vous propose donc dans ce fil toute une série de bidouilles à même de remettre au goût du jour ces dinosaures d’une autre époque, et pourquoi pas leur conférer de nouvelles fonctions inédites parmi l’offre actuelle…


Bidouille 1 - Conversion LED


Cela peut paraître trivial, mais autant commencer par le plus facile : la plupart des ampoules à incandescence trouvent leur équivalent en LED. Moyennant quelques euros d’investissement, on peut ainsi facilement convertir n’importe quelle lampe torche à incandescence en lampe LED. Sur une lampe de type Maglite par exemple, l’opération est aisée, des kits existants sur le marché pour quelques euros. Pour d’autres lampes plus courantes il suffit de trouver une LED 3V ou 4,5V pourvue d’un culot de type E10 (entre 2,50 et 3,00 euros l’unité chez Conrad).

Les photos qui suivent présentent la conversion effectuée sur une frontale Petzl vieille de 20 ans, une Maglite Solitaire, une mini-Maglite et une relique de la Bundeswehr.


Bidouille 2 - Adaptateurs de piles


Certains maniaques s’ingénient à uniformiser leurs appareils – lampes incluses - au maximum afin qu’ils n’utilisent qu’un seul type de pile. Ceci permet entre autre de faciliter le stockage des piles et la rotation des stocks. Mais notre monde étant ce qu’il est, c’est-à-dire un gros bord€l chaotique et incontrôlable, il est fort probable qu’à un moment ou à un autre l’on soit confronté à un appareil dont le type de pile est indisponible. Heureusement, pour un coût modique (quelques euros) nos amis chinois offrent des solutions sur étagère, à savoir des adaptateurs.



Il devient ainsi possible d’alimenter par exemple une grosse Maglite D5 avec 6 piles AAA ! Evidemment les performances de la lampe s’en ressentent légèrement, mais le gain de masse est plus que conséquent et facilite certaines utilisations détournées de l'objet !  mrsgreen


Bidouille 3 - Igniteur de feu 1


L’astuce est largement connue mais mérite d’être citée : par beau temps, le réflecteur d’une lampe permet d’initier un feu en concentrant le rayonnement solaire. Pratique pour allumer une clope, mais il faut obligatoirement du soleil ! Je vous renvoie à une vidéo de démonstration : faire du feu avec une lampe torche.

Bidouille 4 - Igniteur de feu 2


Toute pile ou batterie (de téléphone portable par exemple) en état de marche est à même d’initier un feu. Tout lecteur de ce forum s’intéressant un tant soit peu aux techniques de survie sait qu’un peu de paille de fer et une batterie suffisent à cela. L’astuce qui suit n’utilise pas de paille de fer, un truc qu’on a rarement au fond de la poche, mais un déchet de la vie de tous les jours : l’emballage d’un chewing-gum en papier aluminé ! Cet item insignifiant, popularisé par Mc Gyver dans les années 80, trouve ici toute son utilité : la partie aluminée conduit le courant, alors que la partie en papier joue le rôle de combustible.



Pour allumer un feu avec une pile et un emballage de chewing-gum, il convient au préalable de déchirer ou découper grossièrement l’emballage en forme de Z, la branche centrale du Z étant plus étroite que les 2 autres afin de jouer le rôle de filament dans le circuit électrique primitif que nous allons assembler. Si l’on dispose d’une paire de ciseaux, on peut également s'en servir pour tailler de fines bandelettes.



La face aluminée des 2 extrémités de l’emballage sont mise en contact avec les bornes de la pile, et normalement la branche centrale s’enflamme. Vous avez votre feu ! Il peut être judicieux à cette fin de toujours avoir quelques chewing-gums sur soi… Malheureusement je n’ai que 2 mains, ce qui n'a pas facilité la prise de vue et m'a obligé à réitérer l'opération plusieurs fois pour obtenir un résultat à peu près montrable.




Bidouille 5 - Réserve de combustible et insonorisant


Pour continuer sur la lancée du précédent paragraphe, il peut être utile de disposer d’une réserve de combustible pour démarrer un feu. Une solution consiste à enrouler quelques longueurs de tape autour des piles ou du corps de la lampe. Le tape constitue en effet un excellent combustible, qu’il suffit de découper en très fines bandes qu’on agglomère ensuite en pelote. A noter que cette pelote peut s’enflammer facilement sous l’action d’un firesteel, pour peu que les bandes soient assez fines.



Accessoirement, cette précaution joue un rôle d’insonorisation, les chocs des piles contre l’intérieur du corps de la lampe étant amortis.

Bidouille 6 - Revêtement antiglisse, antichoc et combustible


Le corps métallique d'une lampe s’avère parfois difficile à agripper s’il est mouillé (environnement humide, main moite) ou gras. Les chocs répétés sur le corps de la lampe peuvent en outre endommager ses composants et occasionner des bruits peu discrets. Une solution pour pallier à cela, et qui devrait plaire aux fétichistes fréquentant ce forum, consiste à tailler dans une vieille chambre à air un costume en caoutchouc pour la lampe. L’utilisation de savon et d’un peu d’eau permet de faciliter l’enfilage sur la lampe. En prime on dispose d’une bonne réserve de combustible pour le cas où.


Bidouille 7 - Diffuseur de lumière d’ambiance


Rien de tel qu’une lumière tamisée pour égayer une soirée romantique sous la guitoune ! Sauf que ce genre d’accessoire est souvent encombrant et lourd. Qu’à cela ne tienne : une bidouille toute simple permet de fabriquer un diffuseur de lumière MUL efficace et très bon marché en quelques minutes. Il vous faut pour cela une balle de ping-pong, un clou à grosse tête plate, une pince, et une source de chaleur (brûleur à gaz ou bougie par exemple). Au moyen de la pince on maintient la tête du clou dans la flamme afin de la chauffer. Après quelques minutes de chauffe, on applique la tête de clou contre la balle de ping-pong, et l’on obtient instantanément un beau trou circulaire.



Quelques applications supplémentaires suffisent le cas échéant à agrandir le trou, afin de l’adapter au diamètre de la lampe (mieux vaut au préalable démonter la tête de la torche). Finalement la balle peut se monter sur la lampe, et il ne reste plus qu’à admirer le résultat !





Tout autre objet un peu opaque permet d'obtenir le même résultat. La balle de ping pong à l'avantage d'être très légère et d'offrir d'autres utilisations détournées (sujet en préparation).

Bidouille 8 - Détecteur de faux billets


C’est la crise, et il y a fort à parier que les arnaques aux faux billets vont prospérer. Pour distinguer le bon grain de l’ivraie, rien de tel qu’une petite lampe à UV apte à déceler les contrefaçons les plus grossières. Ceci se fabrique facilement si vous êtes l’heureux propriétaire d’une lampe Maglite ou équivalente, par exemple une mini MAG ou une micro MAG en 3V (2xAA ou 2xAAA). Il suffit en effet de se procurer une LED UV du bon voltage (1,90 euro FDPI les 10 LED de 3V sur la baie), de couper les bornes à la bonne longueur, de remplacer l’ampoule d’origine par la LED, et le tour est joué !



La mofification réalisée apparaît clairement sur la photo suivante : à gauche la LED d'origine, et àu milieu la LED modifiée en utilisant l'ampoule d'origine comme gabarit.



Il peut être nécessaire d'inverser la polarité en cas de non fonctionnement. Attention : la LED est légèrement plus grosse que l'ampoule d'origine, ce qui empêche le remontage de la tête de lampe (à moins d'aggrandir le diamètre du trou du réflecteur).





Avec ce détecteur de fortune (sans jeu de mots), on parvient facilement à reconnaître les étoiles des billets de 20 et 50 euros, qui deviennent orange une fois exposées aux UV :





L’intérêt de la Maglite est que la lampe dispose d’un compartiment de stockage dans le culot pour une ampoule de rechange, qui est fort à propos pour accueillir la LED UV.

La technique des UV est à mettre en œuvre en conjonction avec d’autres (infra-rouges par exemple) pour un résultat probant, sachant toutefois que les traceurs UV sont de moins en moins présents dans notre monnaie papier.
Pour plus d’information, j’invite à consulter les sites suivants  et .

Et notamment pour reconnaître les traceurs UV et IR de chaque billet, voir  !

Bidouille 9 - Purificateur d'eau UV


La bidouille 8 ci-dessus permet d'obtenir une source d'UV. Pourquoi ne pas l'utiliser pour purifier une eau contaminée par des bactéries, sur le principe du Steripen de Katadyn ? Si l'idée paraît géniale, elle n'est en fait pas possible techniquement à moindre coût.

Le Stéripen émet les UV-C (ultra-violets à ondes courtes) pour stériliser les germes. Ces UV-C sont très énergétiques, la longueur d'onde idéale devant en outre se situer autour de 260nm pour une action germicide optimale.
 Les LED UV actuellement disponibles à prix modique émettent des UV-A entre 320 et 400nm. Si l'on sait qu'en théorie, certains germes peuvent être stérilisés avec des UV-A de 380nm, en pratique le résultat est très aléatoire, long, et n'a qu'un effet restraint à certains germes. Les LED émettant des UV-C existent évidemment, mais leur coût est prohibitif (> 200$ l'unité). Bref, il va falloir attendre encore quelques années avant de pouvoir effectuer cette bidouille...  fumeur

Bidouille 10 - Capsule de survie / Réserve de piles


Que faire d’une lampe définitivement foutue ? La cannibaliser, évidemment ! Le corps de la lampe constitue notamment un composant de choix, car fabriqué généralement en alliage d'aluminium. Pour transformer le bidule en capsule, il convient d’enlever au préalable toute la tripaille électrique qui garnit l’intérieur de la lampe. Dans le cas d’une Maglite mini MAG cette opération est très simple à réaliser. Le contenant peut alors être utilisé tel quel. Les plus perfectionnistes chercheront à remplacer le verre par un morceau de métal ou de plastique pour plus de solidité. Certains jusqu’au-boutistes vont même jusqu’à acquérir un bouchon en aluminium, spécialement tourné pour l’occasion, mais cet investissement est-il bien raisonnable ? Pour ma part, la solution la plus simple et économique consiste à récupérer un embout de pied de chaise en plastique. Pour une mini MAG le diamètre intérieur requis est de 18mm. L’embout est monté en force sur le tube pourvu de son joint torique. Afin de garantir une étanchéité correcte, on peut placer un morceau de chambre à air au fond de l’embout, ou bien encore coller l’embout sur le corps de lampe.







Ce type de capsule est à même d’accueillir de petits ustensiles de survie, voire simplement un jeu de piles de rechange pour une autre lampe. Elle peut également servir de base pour confectionner un filtre à eau de fortune.




Lisez la suite des améliorations ..

Réactions :

1 commentaires:

Intéressant, merci !

Enregistrer un commentaire